• Les fonctions exécutives

     

    Les fonctions exécutives

    3 compétences clés

     

    Les récentes recherches des neurosciences montrent que, quelle que soit la tâche à accomplir (faire un exercice, écrire, lire, jouer du piano …) nous avons besoin :

     

    • d’une bonne mémoire de travail pour garder en mémoire des informations et les organiser

     

    • d’un bon contrôle inhibiteur, pour éviter les distractions et rester concentré.

     

    • d’une flexibilité cognitive, pour être créatif et ajuster nos stratégies en cas d’erreurs.

     

    Ces fonctions exécutives sont fondamentales :

     

    • Un enfant ayant une mémoire de travail déficiente aura du mal à retenir une consigne, à organiser son travail, à se rappeler de ce qu’il vient de lire.

     

    • Un enfant ayant peu de contrôle inhibiteur sera facilement distrait, déconcentré, aura du mal à attendre son tour, à contrôler ses émotions, à persévérer face à une difficulté.

     

    • Un enfant ayant peu de flexibilité cognitive aura du mal à réorganiser son action en cas de besoin, il aura tendance à se décourager et aura du mal à repérer son erreur.

     

     

    Comment aider les enfants à développer ces compétences ?

     

    Les environnements favorables au développement de ces compétences sont ceux dans lesquels l’adulte amène précocement et progressivement l’enfant vers une autonomie de plus en plus maîtrisée.

    Ces compétences vont se développer très rapidement entre 3 et 5 ans. Lorsque nous encourageons l’enfant à faire seul (se chausser, ranger, se laver, s’habiller …) nous l’aidons à exercer ses fonctions exécutives.

    Il doit atteindre un objectif précis et pour cela il doit :

     

    • focaliser son attention,

     

    • contrôler les gestes ou les émotions inappropriées,

     

    • planifier ses actions, rester flexible en cas d’erreur.

     

    Il n’y a que lui, par sa propre activité, qui puisse construire son intelligence exécutive.

    L’adulte ne peut que l’encourager, dès 3 ans, à faire lui-même ce qu’il peut faire lui-même, en l’accompagnant sans faire à sa place, en l’encourageant, puis en s’effaçant progressivement.

    Rien de plus.

    Nul besoin d’aller chercher des activités extraordinaires, à 3 ans, l’ordinaire est extraordinaire.

     

    Donc

     

    • A l’école ou à la maison, avant même de penser à lui enseigner les lettres, les chiffres ou autre chose, il faut l’aider à développer ses fonctions exécutives. Le reste viendra ensuite.

     

    • Pour cela, il nous faut adopter une posture simple pour tous les gestes de la vie quotidienne : “Tu peux le faire, tu vas le faire, même si cela prend du temps, je sais que tu vas y arriver.”

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :